Nos partenaires

L’Ardèche à Paris propose des produits ardéchois sélectionnés auprès d’artisans et agriculteurs et la plupart d’entre eux sont distribués en exclusivité à Paris. Une équipe de passionnés du terroir ardéchois sillonnent les territoires qui composent l’Ardèche, à la recherche des meilleurs produits de bouche. Ces produits sont fabriqués de façon raisonnée par des producteurs sélectionnés avec soin, pour leurs engagements. Ces produits d’exception possèdent tous des caractéristiques uniques : aspects, texture, nez, goût.

Charcuterie Moulin

Didier Moulin propose des salaisons d’exception à ses clients amateurs de produits authentiques et savoureux. Installé au Cros de Géorand, au cœur du Plateau ardéchois, il sélectionne avec soin les viandes qu’il transforme en charcuteries de pays. Depuis 1946, la famille Moulin offre aux gourmands des saucissons, rosettes et Jésus dans le respect des traditions de fabrications artisanales. Ses caillettes et terrines sont recherchées pour leurs saveurs exceptionnelles. Les salaisons sont séchées à plus de 1000 mètres d’altitude. Cette situation géographique exceptionnelle, avec un climat froid et sec, est bien adaptée au séchage à l’air libre, un élément déterminant dans la qualité des produits.

Charcuterie Rome

Samuel et Nathalie Rome sont les héritiers de cinq générations d’artisans charcutiers, à Sainte Eulalie, le berceau des sources de la Loire, près du Mont Gerbier des Joncs. Ils ont conservé les méthodes de fabrication traditionnelles des salaisons, ainsi que les recettes du Plateau ardéchois. Un soin tout particulier est apporté au choix des matières premières. Conservateurs et colorants sont bannis des succulentes terrines qui font la part belle aux cèpes, châtaignes et autres myrtilles.

Ferme de Foisse

Installée en face du Mont Gerbier de Joncs, près des sources de la Loire, à Sainte Eulalie, Virginie Alix produit des fromages d’exception, affinés à soin, à base de lait cru de vache. Les tommes de Foisse ont un goût unique grâce à la qualité de l’herbe savoureuse broutée par le cheptel. Les confitures préparées avec soin dans de grandes bassines en cuivre nous transportent en enfance. Les gelées de myrtilles sauvages, mûres, groseilles et framboises rivalisent avec les pâtes de coing et autres gigérines, poires, fraises et autres abricots.

Chèvrerie le Clos de Bonnaud

Sur les pentes des Hautes Cévennes ardéchoises, dans le village de Montpezat-sous-Bauzon, Magali Gascoin prend soin de son troupeau de chèvres pour proposer aux amateurs des fromages d’exception, affinés à soin, à base de lait cru de chèvre. Picodons, Léa cendrée, cœur de chèvre et autres délices d’exception.

Ferme de Verden

Dans la haute vallée du Gage, près du village du Béage, au cœur de la Montagne ardéchoise, Solange et Bernard Teyssier sont éleveurs de vaches laitières. Riches d’un savoir-faire familial, ils fabriquent un fromage rare et typique, à base de lait cru, affiné dans une cave plusieurs fois centenaires. Les tommes de Verden ont un goût unique grâce à la qualité de l’herbe savoureuse broutée par le cheptel.

 

Ferme du Pré de Mazan

Au pays des sucs, sur le Plateau ardéchois, au pied du Montfol et Sépoux, la ferme du Pré de Mazan, plusieurs fois centenaires, perpétue la tradition de l’élevage de vaches laitières. François Jouffre et Camille Prévot y réalisent des fromages au goût des prairies de nos montagnes : Colombine, tomme affinée et Bourru sont autant de recettes qui régaleront les amateurs d’authenticité et de saveurs perdues.

Ferme de la Louvèche

Sur les hauteurs du Lac d’Issarlès, dans la Montagne ardéchoise, se niche la ferme de la Louvèche où Nicolas et Stéphanie Coquart réalisent de délicieux fromages de chèvres. Le lait issu de leur cheptel possède une saveur exquise grâce à la qualité des herbages qui poussent sur un terroir volcanique. On ne présente plus les picodons – P’tit Piou – et autres tommes de chèvres – Coq’Issart – recherchés pour leur excellence.

Ma Fol’bergerie

Sur les hauteurs du Béage, à 1400 mètres d’altitude, Elisabeth Aubry propose à la ferme de la Mindre des fromages de brebis qui régalent les gourmets les plus exigeants. Son troupeau bénéficient d’herbages d’exception, au pied du Suc de Taupernas et du Montfol, phares du Plateau ardéchois. Les tommes affinées dans une cave pluriséculaire révèlent des saveurs de noisette incomparables.

ES vinaigrerie

Sylvain Petit, artisan vinaigrier-moutardier, a installé son atelier dans la plaine d’Aubenas. Plébiscité par les grands chefs étoilés, il propose des vinaigres et moutardes de grande qualité. Dans sa vinaigrerie artisanale, les produits répondent à des méthodes de fabrication ancestrale. Les matières premières sont toutes ardéchoises et les recettes sont dépourvues de conservateur et autre arôme artificiel. Les moutardes fines et à l’ancienne ont déjà séduit de nombreux inconditionnels. L’acidité ronde et aromatique est à la base de sa collection de vinaigre : au vin rouge et échalotes, au vin blanc et myrtilles, estragon ou miel de châtaignier. Ses cornichons de pays sont délicieux, dégustés avec une terrine de montagne.

Domaine de Blacher

Installée au Domaine de Blacher, à Saint-Julien-en-Saint-Alban, dans la vallée de l’Ouvèze, Myriam Oddon produit des vinaigres de vin et des balsamiques à base de moût de raisin cultivé en bio. Destiné à la vinaigrerie, le raisin est ramassé à la main, trié et pressé mécaniquement avec d’anciennes machines. Le moût de raisin est cuit afin de concentrer les sucres sans perdre les parfums. Il est par la suite élevé en batterie de fût de châtaignier, de chêne, de frêne ou d’acacia pendant 1 à 4 années. Myriam produit également des vinaigres de vin aromatisés aux fruits (safran, figue, framboise et mûre) et du balsamique aux fèves de cacao du chocolatier et torréfacteur Patrice Chapon basé à Paris.

Daniel Breysse

Dans le hameau de Villeneuve, à la Chapelle Graillouze, au milieu du Plateau ardéchois, Daniel Breysse propose les meilleurs champignons cueillis dans les forêts et prairie de nos montagnes : cèpes, mousserons, trompettes de la mort, morilles, mousserons et autres coulemelles sont sélectionnés pour leur qualité et leur goût. Une fois séchés, ils sont disponibles toute l’année pour agrémenter une belle omelette, un velouté ou une sauce.

Moulin du Pigeonnier

Le Pigeonnier est un domaine familial niché sur les contreforts des Cévennes ardéchoises. Depuis trois générations, la famille de Jocelyn Vigouroux et Karine Moulin y cultive la vigne et les oliviers, sur la commune de Payzac. L’oliveraie est constituée de 1200 oliviers qui s’étendent sur 4 hectares. L’environnement est exceptionnel entre les grès et les plateaux argilo-calcaire. Certains arbres dépassent les 100 ans et sont cultivés en agriculture raisonnée. Après la cueillette, les olives sont broyées très rapidement dans le moulin de l’exploitation. Extraite à froid, l’huile est filtrée puis stockée avant la mise en bouteille. Certifiée huile vierge de catégorie supérieure, elle apporte, selon les variétés, un fruité intense, de l’ardence et une pointe d’amertume. La Fruitée Noire est un assemblage d’olives ayant subi une fermentation contrôlée avant l’extraction, pour favoriser des arômes d’olives noires et de truffe. Une merveille absolue.

La Magnanerie

Situé en Ardèche méridionale, le domaine de la Magnanerie possède 30 hectares d’oliviers, soit 10 000 arbres. Le sol calcaire peu profond, l’amplitude jour/nuit importantes sont favorables à l’expression des arômes d’exception des cuvées proposées. La qualité de l’huile d’olive se joue d’abord dans les parcelles, d’où un travail de taille et d’entretien très précis. Le domaine est conduit en agriculture biologique et propose une dizaine de variétés françaises et italiennes.  Les huiles produites sont fraiches et très aromatiques sur les sols calcaires, intenses, amères et piquantes sur les argiles rouges. Faire une grande huile d’olive est un défi permanent, récompensé en 2022 et 2023 par le titre de meilleure huile d’olive biologique au monde (Prix Flos Olei, concours mondial à Rome). Deux catégories sont proposées : les assemblages, avec une harmonie entre terroirs et variétés, pour un style fort entre fraîcheur et puissance, et les sélections parcellaires, photographies d’un sol, d’un paysage, avec des huiles d’exception qui ont leur propre identité.

Sabaton

La Maison Sabaton est une confiserie familiale, née au cœur de la châtaigneraie ardéchoise, en 1907. Ses marrons glacés et sa crème de châtaigne, issus de recettes qui sont le fruit d’une solide tradition, sont désormais une référence dans le monde entier. Depuis 2006, la châtaigne d’Ardèche est reconnue en Appellation d’Origine Contrôlée, puis en 2014, en Appellation d’Origine Protégée.

Joël Dumas

Les ruches de Joël Dumas sont installées dans les pentes des Boutières, près de Saint Pierreville. Son miel de châtaignier, récolté fin juin, après la floraison de l’arbre – symbole de l’Ardèche, est reconnu pour sa qualité d’exception. Il s’agit d’un miel de caractère, ambré et sombre. Son parfum est fort et suave, avec des saveurs boisées et une certaine amertume. Il est reconnu pour ses qualités cicatrisantes.

Il faut environ 6000 abeilles pour produire un kilo de miel et pour accomplir leur mission, elles butinent plus de 800 000 fleurs ! L’apiculteur prélève une partie du miel contenu dans les rayons de la ruche, le restant permet aux abeilles de se nourrir en hiver.

Yoann Coudène

Au cœur du Parc Naturel des Monts d’Ardèche, le village du Roux est établi sur le talus cévenol, à quelques centaines de mètres du Plateau ardéchois. Apiculteur récoltant, Yoann Coudène propose différents miels issus d’un terroir très diversifié : miel de châtaignier, de forêt, toutes fleurs. Ses abeilles profitent d’un biotope riche et préservé.

Élodie Court

Installée à La Bastide de Juvinas, dans les Hautes Cévennes ardéchoises, Élodie Court récolte des variétés de pommes anciennes. Elle en extrait un jus d’exception, véritable élixir de jouvence, rare et gouteux.  Elle a obtenu en 2023 la médaille d’or au concours agricole pour ce produit d’exception.

Yoann Cabourg

Dans les pentes de Saint-Andéol de Vals, Yoann Cabourg cultive les fruits rouges dans d’anciennes terrasses. Ses liqueurs, issues de la macération des cassis, framboises, mûres et autres châtaignes rappellent le goût et les saveurs d’autrefois. Une mention spéciale pour la liqueur de cassis, ma madeleine de Proust, qui me rappelle le goût unique celle de ma grand-mère, au Fau de Montpezat.

Domaine des Marmottes

Le domaine des Marmottes est établi au cœur du Massif du Mézenc, à plus de 1300 mètres d’altitude. La famille récolte fruits et plantes sauvages et cultive certaines variétés dans le respect de l’environnement. La verveine cultivée sur ces hautes terres possède un parfum tout particulier que l’on retrouve dans les tisanes et liqueurs proposées au domaine. La liqueur des Marmottes, préparée comme celle de nos grands-mères, est réalisée par macération des feuilles de verveine, sans colorant ou arôme ajouté. Les filtrations sont réalisées artisanalement. Le résultat est une pure merveille.

Domaine Salel et Renaud

La rencontre d’Elise Renaud et Benoit Salel a donné naissance, en 2008, au Domaine Salel & Renaud, dans la région des Cévennes Ardéchoises. Ils ont su faire grandir patiemment leur domaine, avec une détermination aussi inflexible qu’est leur passion pour les paysages et les terroirs de ce sud Ardèche. À côté des vignes de Viognier, Syrah, Grenache ont été remis en culture les cépages autochtones du sud Ardèche :  Chatus, Dureza, Raisaine, Roussanne, Picardan. Ces cépages sont l’âme et l’identité des Cévennes Ardéchoises. Ils permettent de déguster des vins authentiques et identitaires.

Vignoble Arsac

Situées en coteaux à une altitude moyenne de 400 mètres, les vignes du domaine Arsac, à Villeneuve-de-Berg, conduites en agriculture biologique et biodynamique, bénéficient de la richesse des sols argilo-calcaires ou volcaniques. L’exigence de la qualité, alliée à la diversité de ce terroir et aux différents cépages – syrah, grenache, chardonnay, viognier –, apportent sa signature aux vins du domaine. Finesse, fraîcheur et richesse aromatique. Le travail du vignoble au cheval, enherbement des sols, compost organique réalisé avec les vaches du domaine, taille et récolte manuelle uniquement. Pour révéler ce terroir si atypique ou la vigne côtoie ce massif minéral rempli d’énergie, le Coiron, l’objectif est de produire et créer des vins qui transpirent la fraîcheur et la pureté du fruit. Après un tri sélectif du raisin à la parcelle et au chai, leurs propres levures indigènes sont utilisées pour la fermentation des vins. S’ensuit l’élevage de ces derniers en cuve béton brut, jarre en grès ou en fûts de chêne

Monier Pérreol

Le domaine Monier Perréol, situé à Saint-Désirat, s’étend sur 12 hectares. Le vigneron Jean-Pierre Monier s’est associé en 2008 avec Philippe Perréol. Guillaume Monier représente la quatrième génération de sa famille à travailler les vignes sur un terroir granitique traversé par de multiples veines d’argiles blanches. En cave, les vinifications sont naturelles et les élevages sont font en fût. Le domaine produit de grands Saint-Joseph. Les vins rouges, d’un style intense aux notes de fruits bien mûrs, conservent toujours une belle fraîcheur.

Tanargue

François Papin et Cédric Ollier ont développé un projet simple et ambitieux : produire un whisky reflétant le terroir ardéchois en s’appuyant sur des savoir-faire locaux.
Pour les différentes cuvées, fermentation longue et levures de bières donnent des notes fruitées et étonnamment douces. Ainsi à la sortie de l’alambic, nombreux pensent goûter un alcool de fruit. Le vieillissement se déroule successivement dans des fûts de chêne de natures différentes. Il s’appuie notamment sur des fûts ayant servi pour des vins blancs ardéchois, vinifiés à partir de cépages locaux. Le GN de l’Ardèche, autre pépite de Tanargue, se consomme comme un Gin mais il est plus puissant et élaboré sans alcool industriel. L’attaque est fraîche, dominée par la variété des agrumes utilisés :
la feuille de combawa (un citron vert d’aspect fripé que l’on retrouve dans l’océan Indien, notamment à la Réunion) qui donne sa signature à ce produit, zestes de citron jaune et d’orange. Le gingembre contribue également beaucoup à ces notes citronnées. La Cistre, plante emblématique du fin gras du Mézenc, récoltée sur le plateau ardéchois, apporte une légère pointe anisée.
Cela fait de ce produit la boisson estivale par excellence, à déguster fraîche ou glacée.